Aller au contenu principal

Nos actions

Protéger la vie de la faune et de la flore

La préservation et la valorisation des espèces anciennes présentent une opportunité de répondre naturellement aux aléas climatiques et maladies des végétaux.

Avec son écosystème, le parc écologique constitue un milieu idéal pour le développement de la biodiversité et un terrain propice à l’expérimentation.

La forêt nourricière constitue un vaste terrain de conservation et de valorisation de la biodiversité, tant du point de vue de la richesse végétale que de celui de la richesse animale.

L’expérience de la réintroduction d’espèces locale

Le parc est constitué d’espèces végétales soigneusement sélectionnées au regard de différentes caractéristiques : leur adaptation à l’environnement et au climat local, leur capacité à résister naturellement aux maladies et si possible leur origine locale. Les plantations fruitières et potagères du jardin sont le résultat de cette sélection. L’observation de l’évolution du parc permettra d’observer l’adéquation des espèces implantées à l’environnement local. Le choix des variétés a donné lieu à des recherches d’anciennes espèces locales. Elle a conduit l’association à se rapprocher d’acteurs spécialisés.

Par l’intermédiaire du Centre de ressources botaniques appliquées, l’association a pu se procurer des semences potagères auprès de l’Institut Vaviloff de Saint Petersbourg qui est une banque de semences botaniques.

Aussi, la participation des Amis d’Elzéard à l’échantillonnage de pommiers sauvages européens (Malus Communis Sylvestris) a été l’occasion d’une collaboration avec l’Institut national de recherche agronomique (avec une chargée de recherche, Amandine Cornille).

Nous sommes parti de semis de pépins de pommes sauvages et nous avons greffés directement pour obtenir des pommiers plus résistants naturellement aux maladies et au changement climatique.

Enfin, l’implantation de variétés de pieds de vigne interdites et pourtant naturellement résistantes à des maladies capables décimer le vignoble français a été réalisée avec le concours du Centre de la vigne de Vassal-Montpellier.

La participation à l’observation de la faune du parc

Avec l’implantation d’une flore diversifiée et adaptée, la faune commence à trouver un lieu propice à son développement. Ainsi, certains oiseaux sont venus peupler les nichoirs qui leur sont dédiés. D'autres prospèrent grâce à la présence des fruits et des animaux peuplant le sol.

Afin de suivre l'évolution de l'avifaune au fil des années, un travail de recensement a été entrepris en partenariat avec la Ligue de protection des oiseaux sur un rayon de 100 m depuis le parc. Il a permis de mettre en lumière une quarantaine d’espèces d’oiseaux dont 13 espèces dans le parc. Attiré par l'écosystème que constitue le parc, de nouvelles espèces seront observées dans le futur.